TRUMP ET BATTISTI, MÊME COMBAT ?

8435519.jpg

« S’étonnera-ton encore que le fil de la confiance se soit rompu ? »

En un seul jour de la semaine qui s’achève, l’on aura appris tout à la fois les aveux de Cesare Battisti et le blanchiment de Donald Trump.  

L’accusation de collusion de l’équipe de campagne de Donald Trump avec les Russes, comme on le sait, vient de faire long feu. L’enquête menée à la demande de la majorité démocrate du Congrès a déclaré l’accusation infondée … Airs de victoire du côté de chez Trump. Confusion chez les démocrates. 

Battisti a avoué avoir menti sur les crimes qu’il a bel et bien commis et qu’il a niés avec la dernière énergie pendant près de 40 ans. Le monde officiel avait épousé sa thèse et sa cause. Selon son penchant habituel. Tout ce que la gauche avait de forts esprits et de belles âmes l’a soutenu si l’on peut dire perinde ac cadaver. De BHL – sur tous les fronts – â Guy Bedos. Le président Hollande l’avait visité dans sa prison. Battisti était une intouchable victime. En avouant ses crimes, comme l’écrit Gérard Leclerc*, il « a porté un coup terrible » au clan innombrable de ses soutiens. Mais qu’en a à faire Battisti ?  

Sur Trump, avant et après élection, l’on a tout dit, tout prédit, tout parié, tout hasardé. A chaque étape de sa course à la présidence, à chaque stade de l’exercice de son mandat, l’on a misé  sur son échec. Auto-intoxication ? Formatage de l’opinion ? L’un et l’autre, bien-sûr. 

Trump n’a pas commis de crime hormis celui de n’être pas politiquement correct. Ce péché ne lui sera pas remis. 

Battisti a avoué ses crimes et ses soutiens n’en éprouveront ni honte ni regrets. Ils courront les conférences, les salons parisiens, les restaurants à conciliabules, les plateaux télé, ils y péroreront, comme si de rien n’était. Ils y dénigreront Trump et Poutine avec l’autorité qui leur échoit du fait de leur haute valeur morale. 

S’étonnera-ton encore que le fil de la confiance se soit rompu, sans-doute pour longtemps, entre les Français et ceux qui les dirigent, les représentent, les informent ou ceux qui, le cas échéant, auraient à les juger ? Il faudrait un sacré changement, des hommes d’une trempe toute différente, et des institutions d’une autre nature, pour que ce fil de la confiance soit renoué. ■ Gérard POL – lafautearousseau

Gérard LeclercLes aveux de Cesare Battisti

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2019/03/29/trump-et-battisti-meme-combat-6139611.html

Réalité du Grand Remplacement et nécessité de la remigration

prieres_de_rue_islam_paris.jpg

Communiqué de la Dissidence Française cliquez ici

L’attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande – que nous ne pouvons évidemment que condamner – a donné lieu à une offensive médiatique sans précédent, destinée à démontrer que le Grand Remplacement « ne correspond à aucune réalité » et relève « d’une théorie d’extrême-droite ». Pire, une tribune parue dans Libération appelle même à « inclure le Grand Remplacement parmi les thèmes relevant du discours raciste et de l’incitation à la haine », ce qui constituerait une nouvelle étape dans le processus totalitaire de répression de la liberté d’expression et d’opinion, déjà bien avancé en France.

Pourtant les faits sont têtus, et les chiffres ne mentent pas. Nous avons sélectionné 7 chiffres incontestables qui établissent la réalité du bouleversement démographique qui est en train de se produire dans notre pays. Tous ces chiffres proviennent de sources officielles et vérifiables :

  • 2400 : c’est le nombre de mosquées que compte aujourd’hui notre pays. A titre de comparaison, la France ne comptait que 150 mosquées en 1976, soit 16 fois moins. Le nombre de mosquées salafistes approche la centaine. (chiffres du Ministère de l’Intérieur)
  • 12 millions : c’est le nombre d’immigrés ou de descendants d’immigrés extra-européens qui se sont installés dans notre pays en quelques décennies, profitant du droit du sol, du regroupement familial et des naturalisations massives opérées par les gouvernements successifs. Le nombre de musulmans en France s’élève à 8,5 millions. (chiffres de M. Tribalat, 2011 ; chiffres de J-P Gourévitch, 2017 ; confirmés par F. Héran, ancien directeur de l’INED)
  • 40% : soit 2 personnes sur 5. C’est aujourd’hui la part de la population française issue de l’immigration sur 3 générations. (estimation C. Beauchemin, INED, 2018)

Lire la suite « Réalité du Grand Remplacement et nécessité de la remigration »

Anne Hidalgo, « la reine maire de Paris » : 0 % concertation, 100 % satisfaction

Capture-39-543x475.png

Faut-il que la classe politique soit en déconfiture pour que l’on donne – à ce jour – Anne Hidalgo vainqueur des prochaines municipales à Paris !

Je sais, l’électorat parisien est tendance « boboïssime », d’un genre qu’on nommait autrefois « gauche caviar ». Il habite les nouveaux beaux quartiers (les anciens sont, maintenant, la propriété des Chinois ou des rois du pétrole), ceux des boutiques où l’on ne vend que de l’huile parfumée à la truffe et des légumes « régressifs » (ah, les topinambours !), où l’on brunche le dimanche matin et pique-nique au bord du canal le samedi soir, où l’on va travailler en costume et le casque aux oreilles sur sa trottinette électrique.

Ce Paris-là vote Hidalgo. France insoumise, même. La rive gauche aime « le peuple » qu’elle se garde, toutefois, bien de croiser. Comme disait Éric Zemmour, l’autre matin, il n’y a plus, dans Paris, que des gens aisés ou aidés. Les autres ont fui vers la banlieue ou, comme moi et 12.000 de mes semblables chaque année, vers une province ensoleillée.

Donc, nous dit-on, un sondage vient de donner Anne Hidalgo gagnante au premier tour des municipales. Je ne sais pas qui a été sondé, ni où, mais j’y crois à peu près autant qu’aux sondages sur le soutien aux gilets jaunes. Lire la suite « Anne Hidalgo, « la reine maire de Paris » : 0 % concertation, 100 % satisfaction »

Des euro-députés LR votent le texte culpabilisant la civilisation européenne

Des euro-députés LR votent le texte culpabilisant la civilisation européenne

Communiqué de Nicolas Bay, Co-Président du groupe « Europe des nations et des libertés » au Parlement européen, à propos du texte sur les “droits fondamentaux des personnes d’ascendance africaine en Europe” :

Mardi 26 mars, le Parlement européen votait, à Strasbourg, un texte totalement délirant et inspiré des mouvements dits « indigénistes ». Intitulé « résolution sur les droits fondamentaux des personnes d’ascendance africaine », ce document était un condensé des éléments de langage que l’on trouve habituellement défendus par les communautaristes d’extrême gauche que représentent des personnes comme Houria Bouteldja, Danièle Obono ou Rokhaya Diallo.

Or, Geoffroy Didier, directeur de la campagne de LR pour les élections européennes, a soutenu ce texte, tout comme Renaud Muselier, président LR de la région PACA, et plusieurs de leurs collègues ! Ils ont donc voté pour la théorie du « racisme structurel » de nos sociétés, pour des quotas de personnes d’origine africaine dans les institutions avec « une stratégie pour la diversité et l’inclusion au sein de leur personnel », pour l’interdiction de traditions européennes au nom du délit de « blackface » (sic), pour que les États fassent des excuses publiques au sujet de la colonisation… Et bien sûr, comme d’habitude avec LR, pour toujours plus d’immigration en « invitant la Commission et les Etats membres à garantir aux migrants des voies d’entrée sûres et légales dans l’Union ».

Geoffroy Didier s’est aplati devant les revendications extravagantes et culpabilisatrices de ceux qui haïssent la France et la civilisation européenne. Est-ce cela, le fameux projet européen qu’il fera porter par la liste LR ? Une fois de plus, il ne se distingue en rien de celui de LREM, dont les députés ont eux aussi voté en faveur de ce texte inique.

https://www.lesalonbeige.fr/des-euro-deputes-lr-votent-le-texte-culpabilisant-la-civilisation-europeenne/

27 interdictions de manifester ? Les gilets jaunes ont répondu : même pas peur !

capture-3.png

Des chiffres d’abord, encore et toujours : à Paris, le pouvoir annonce 5600 manifestants, mais la préfecture de police affirme, en même temps, avoir procédé à 8053 contrôle préventifs ! On dirait que M. Castaner s’ingénie chaque samedi à se ridiculiser un peu plus. Champion du fake. Et, cela, le jour où l’on apprend que l’Elysée, pour défendre Alexandre Benalla, aurait fabriqué de faux montages vidéos.

Et puis il y avait ces 27 arrêtés d’interdiction de manifester. Les gilets jaunes les ont allègrement bravés. A Bordeaux, ils étaient encore plusieurs milliers, selon Le Monde.

Mais tous les Français savent que la bataille du nombre, Emmanuel Macron l’a perdue, d’abord par ses mensonges, ensuite par le soutien toujours impressionnant de l’opinion. Et comment en irait-il autrement quand les raisons de la colère de novembre sont toujours là, à commencer par le prix des carburants qui dépasse parfois ce qu’il était alors !

Des atmosphères, ensuite : tout le monde s’accorde à dire, comme l’a constaté Didier Maïsto lui-même sur twitter en rentrant de la manifestation parisienne, qu’elle est restée bon enfant. À Bordeaux, des vidéos montraient l’arrivée, dans le cortège, de groupes de Blacks blocs, en toute impunité.

Atmosphère encore, inquiétante pour le pouvoir celle-ci, que ces slogans très ciblés contre Emmanuel Macron, et la police. L’AFP rapportait les propos d’un certain Sébastien, 46 ans, préparateur automobile au chômage, venu d’Orléans pour manifester à Paris. « On sera là tant [qu’Emmanuel Macron] n’écoutera pas. »  Plus de quatre mois après le début du mouvement, le président de la République n’a pas réussi à perdre son statut de cible. Au contraire, en refusant une solution politique (dissolution, changement de Premier ministre ou démission), en se faisant le seul grand ordonnateur de son grand débat, il n’a fait qu’accroître cette personnalisation de la crise, et de la colère.

Plus grave, par son incapacité à rétablir l’ordre, par ses erreurs dans l’usage des forces de police, il dresse une partie du pays – et pas seulement les gilets jaunes « actifs » – contre ces institutions qui recueillaient pourtant la sympathie d’une très forte majorité de la population. C’est potentiellement dangereux pour l’avenir de la cohésion nationale, déjà bien atteinte.

Pour cet Acte XX, tout le monde peut pousser un « ouf » de soulagement, le temps d’un samedi printanier. Mais comment ne pas voir que la France est entrée durablement dans une période instable et que rien n’est réglé ?

Frédéric Sirgant

https://www.bvoltaire.fr/27-interdictions-de-manifester-les-gilets-jaunes-ont-repondu-meme-pas-peur/