Changer de logiciel et vite!

rodin-le-penseur.jpgL’indignation, les critiques se sont abattues une nouvelle fois cette fin de semaine sur Emmanuel Macron après la mort de deux de nos soldats, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Membres du prestigieux commando Hubert, ils ont donné leur vie dans la nuit de jeudi à vendredi dernier pour libérer au Bénin, juste avant qu’ils soient remis aux islamistes du groupe djihadiste de Katiba Macina, deux otages français Laurent Lassimouillas et Patrick Picque, une touriste sud-coréenne et une américaine. Nos deux compatriotes avaient été enlevés le 1er mai lors d’un safari dans le parc de la Pendjari, à la frontière avec le Burkina Faso, dans une zone considérée comme rouge depuis pas mal de temps, dixit Jean-Yves Le Drian,  « fortement déconseillée sauf raison impérative » par le ministère des Affaires étrangères . Toute la région, depuis trois ans, est désormais fragilisée par la multiplication des attaques des fous d’Allah. Hier encore, dernier épisode d’une longue série d’actes de terrorisme, plusieurs fidèles ont été tués hier au cours d’un assaut contre une église catholique à Dablo, dans le centre-nord du Burkina Faso.

Ce qui en l’espèce a choqué de nombreux Français c’est une libération qui sonne comme une opération de communication à deux semaines des élections européennes, à travers la réception samedi  de MM Lassimouillas et Picque par M. Macron à Villacoublay. La cérémonie d’hommage national aux deux militaires français qui ont perdu leur vie est prévue demain aux Invalides.

Hubert Falcomaire LR de Toulon, président de la métropole toulonnaise, dont fait partie Saint-Mandrier où est basé le commando Hubert, a estimé que «nos seuls compatriotes qui méritent aujourd’hui l’hommage de la Nation, sont nos 2 soldats varois morts au combat, pour sauver la vie de touristes inconscient et non pas les deux touristes qui se sont aventurées dans une zone dangereuse, vivement déconseillée par le Quai d’Orsay. Ministère dont le Ministre envisage pourtant d’être présent aux côtés du Président de la République pour accueillir les otages libérés !»

Même un article paru sur le site  Mediapart – c’est dire! –  s’étonne de ce que ces «deux touristes français homosexuels (se soient) rendus au Bénin pour effectuer leur voyage de noces (…). Pourquoi préciser leur orientation sexuelle ? En tant qu’homosexuel, avant de voyager en terres inconnues, ne faut-il pas s’informer sur la situation du pays afin de savoir si les homosexuels n’y sont pas persécutés ? Ces deux individus se sont ainsi rendus dans un pays intolérant envers les homosexuels, et pris en étau par Boko haram (via le Nigéria à l’est) et par Al Qaida au nord (via le Burkina Faso et le Mali). Si cela n’est pas de l’inconscience alors de quoi s’agit-il ? » Ajoutons cependant qu’à l’évidence un couple lambda chrétien, blanc et hétérosexuel n’aurait pas non plus échappé à l’enlèvement…

Sur Boulevard voltaireChristian Vanneste a estimé que le retour des deux otages français «dans un avion de la République, leur accueil officiel par le Président et deux ministres étaient tout-à-fait déplacés.» «On peut imaginer que M. Macron n’a pas voulu se priver de la page de pub prévue lors d’une opération précipitée, on espère, par autre chose que le calendrier. »Et M Vanneste de souligner que «lorsque nos soldats regagnent la France, ils voient celle-ci telle qu’elle devient : une France qui se décompose en communautés, d’une part grâce à une immigration accueillie les bras ouverts et les yeux fermés, d’autre part par un repli sur soi narcissique, où disparaît le patriotisme indispensable à la survie d’un pays.»

Lors de sa grande réunion publique à Cers dans l‘Hérault samedi, Jordan Bardella l’a répété fermement: «Au risque de choquer les belles âmes, nous l’affirmons : L’Europe des Nations que nous voulons n’a pas vocation à accueillir la bombe démographique africaine ! » Flux migratoires qui nourrissent aussi mécaniquement non seulement le communautarisme mais qui fournissent également la main d’œuvre des réseaux terroristes installés sur notre sol.

Une Afrique qui est aussi victime de ses prévaricateurs et nous autres Français et occidentaux avons notre part de responsabilité dans cette gabegie en tout point catastrophique. Exemple écoeurant, pathétique mais éclairant, le site de France info rapportait ainsi samedi que l’ex chef d’Etat de la Gambie, Yahya Jammeh, réfugié en Guinée équatoriale depuis 2016, a vidé les caisses de l’Etat à son seul profit. « Le petit pays a besoin de l’aide internationale pour s’en sortir. Près d’une personne sur deux vit dans la pauvreté et les fonds publics destinés au développement du pays se sont évaporés (…). Si tout le monde savait que l’ancien homme fort menait une vie de luxe avec villas, Rolls-Royce et jets privés, personne ne pouvait imaginer que le pillage du pays n’avait pas de limite.» Personne, vraiment?

«Fin mars 2019, la Commission d’enquête créée par (l’actuel) président (Adama) Barrow fait part de ses premières découvertes. Elle estime à près de 360 millions de dollars les fonds détournés (…).  Société de télécommunications, Banque centrale, fonds de pension, Bureau d’aide sociale… rien n’échappe à l’avidité de Yahya Jammeh. L’ancien maître du pays avait constitué un vaste réseau comprenant des hommes d’affaires étrangers qui l’aidaient dans ses transactions illicites et la mise en place de sociétés écrans..»

En mai de l’année dernière, Jeune Afrique se faisait l’écho de la Conférence internationale pour la Gambie qui s’est tenu à Bruxelles, sous l’égide de la la vice-présidente de l’UE Federica Mogherini, du commissaire européen à la Coopération internationale et au développement, Neven Mimica, et du président gambien, Adama Barrow. «Dix organisations internationales – parmi lesquelles l’Union européenne, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), la Banque européenne d’investissement, la Banque mondiale et la Banque islamique de développement – et 43 partenaires bilatéraux (Canada, Chine, Qatar ou encore Maroc) étaient réunies pour se prononcer sur leur soutien financier au Plan national de développement gambien»,  pour un montant annoncé de 1, 45 milliard de dollars. Pour sa part, «L’Union européenne (…) s’est engagée à débloquer 140 millions d’euros d’ici 2020, « une somme qui s’ajoute aux 225 millions d’euros mobilisés depuis le début de la transition » et «la France a annoncé une aide de 50 millions d’euros. »

Alors redisons-le : en Afrique même, constate Bruno Gollnisch le développement de l’islamisme radical n’est pas uniquement le fait du prosélytisme de l’Arabie saoudite ou du Qatar qui financent l’envoi de prêcheurs, les mosquées et autres écoles coraniques. Cette idéologie prospère aussi sur le spectacle de la corruption des potentats africains qui pillent les ressources de leur pays, se moquent du bien être de leur peuple. Le tout, souvent, avec la complicité,  l’argent des occidentaux…et de l’Union européenne, c’est-à-dire en partie avec l’argent des contribuables français. Là aussi, il faudra urgemment changer de logiciel.

https://gollnisch.com/2019/05/13/changer-de-logiciel-et-vite/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s