LE « RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE » DANS LA CONSTITUTION ? (1) (Jean Goychman)

rechauffement-4-petit-prince-200x150.jpg

Cet article de Jean Goychman est complété par celui de L’Imprécateur.
Ils traitent tous les deux du « Grand Mensonge » concernant le réchauffement climatique d’origine anthropique, largement contesté aujourd’hui par un grand nombre de climatologues sérieux, pourtant obligés de se taire…
Ces deux articles évoquent également le projet pervers du Président de la République de tenter d’organiser un référendum visant à inscrire dans le marbre ce mensonge, cette « fake news » de telle sorte qu’il ne sera même plus possible ensuite de tenter d’en débattre et de le contredire. 
Décidément, il est de plus en plus clair que nous entrons d’un pas décidé dans le monde de George Orwell, un nouveau monde d’obscurantisme moderne…

Marc Le Stahler

Le réchauffement climatique sera-t-il prochainement gravé dans le marbre de la constitution de 1958 pour permettre à Macron de gagner un référendum – peu en importe le contenu -, ce qui constituerait la clé de sa réélection en 2022 ?
Ce que Donald Trump dénonce depuis des années comme un « canular » prend des proportions hors de toute limite.
Ce qui aurait dû rester une simple hypothèse d’investigation – à savoir le rôle du dioxyde de carbone émis par l’activité humaine dans la température de surface de la planète – est devenu une sorte de cause mondiale par laquelle passerait la survie de l’humanité… Lire la suite « LE « RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE » DANS LA CONSTITUTION ? (1) (Jean Goychman) »

L’incroyable affaire Beljanski

L'incroyable affaire Beleljanski.jpegVoilà un scandale peut-être encore plus important que celui du « sang contaminé » En effet, le chercheur serbe Mirko Beljansky (Docteur en Science d’Etat, directeur de Recherche en Biologie Moléculaire au CNRS, membre de l’Institut Pasteur de 1948 à 1978 puis de la Faculté de Médecine avait mis au point plusieurs produits naturels pouvant faire reculer ou guérir le cancer et le SIDA (produits à prendre en synergie d’un traitement chimiothérapique pour le cancer) Sur nombre de malades dont Henri Boiteux, administrateur pendant onze ans de l’Institut de Recherches sur le cancer à Villejuif, M. Le Guen guéri d’un cancer en phase terminale, Gérard Weidlich guéri d’un Sida déclaré le succès est spectaculaire. Ce qui ne va pas sans heurter certains intérêts, notamment celui des grands laboratoires pharmaceutiques car la commercialisation officielle des produits Beljansky coûtant moins cher que les thérapies officielles entraînerait un manque à gagner énorme pour ces laboratoires. Il est clair que l’intérêt des malades n’est pas le même que celui des lobbies financiers qui ont infiltré l’Etat. Car il faut savoir que 90 % des experts chargés d’évaluer les produits et d’autoriser leur mise sur le marché sont payés par ces laboratoires. De plus, on sait désormais que de grands labos paient les campagnes électorales de nombres d’hommes politiques, formant en bout de chaîne une véritable mafia médico-politico-médiatico-financière. Ainsi, le 9 octobre 1996, une vaste opération (avec la participation du GIGN) sur l’ensemble du territoire fut déclenchée sous forme de perquisitions chez une soixantaine de malades, la saisie de leurs médicaments et produits nécessaires à leur survie, la mise sous scellés des locaux de recherches de Beljansky, la destruction de tous ses dossiers. Tout cela, dans une totale indifférence médiatique, dans une soi-disant démocratie. Puis vinrent les harcèlements fiscaux, les rappels de TVA sans justification. Lire la suite « L’incroyable affaire Beljanski »

Heureuse nouvelle pour Libération et Laurent Joffrin : l’archevêque de Lyon a été relaxé du délit de non-dénonciation d’agressions sexuelles

Heureuse nouvelle pour Libération et Laurent Joffrin : l’archevêque de Lyon a été relaxé du délit de non-dénonciation d’agressions sexuelles

Ce 30 janvier, la cour d’appel de Lyon a relaxé le cardinal Barbarin de sa condamnation en première instance pour non-dénonciation d’agressions sexuelles. Heureuse nouvelle pour son honneur, pour l’Eglise de Lyon, et peut-être encore plus pour le journal Libération et son directeur de la rédaction Laurent Joffrin. Nous allons expliquer pourquoi.

L’archevêque de Lyon avait été condamné pour non-dénonciation des agressions sexuelles de celui qui était encore le père Preynat, dont il avait été dûment informé en interne en 2010, puis en rencontrant des victimes en 2014. Or, les faits étaient prescrits, puisque s’étant déroulés entre 1970 et 1991 (la durée de la prescription est de 20 ans après que le mineur victime a atteint sa majorité, ce qui était le cas. Et rappelons que Mgr Barbarin a été nommé à Lyon en 2002).

Mais des victimes arguent en 2015 qu’il y a la possibilité d’une extension du délai de prescription pour délit de non-dénonciation jusqu’en 2016 et entament alors une action en justice.

Libération a joué un grand rôle dans les attaques, les vilenies et aussi les stupidités déversées contre le cardinal Barbarin et l’Eglise catholique. Bien évidemment, ce n’étaient pas les victimes qui intéressaient le journal, sauf pour donner de la chair à leurs attaques : on sait en effet qu’historiquement, le journal, emblématiquement représenté par son cogérant-directeur-de-la-publication-éditorialiste Laurent Joffrin, a largement été du côté des pédophiles.

Encore le 29 décembre 2019, un éditorial dudit Joffrin est sobrement intitulé : « AFFAIRE MATZNEFF : UN CONFLIT DE DROITS ».

Lire la suite « Heureuse nouvelle pour Libération et Laurent Joffrin : l’archevêque de Lyon a été relaxé du délit de non-dénonciation d’agressions sexuelles »

L’usurpation du Pouvoir par les minorités

1689560950.jpg

C’est toujours de cette façon que meurt un régime politique, voire une civilisation : lorsqu’un petit groupe d’agités, aussi motivés qu’efficaces, s’empare de la force publique, profitant de la passivité du troupeau humain.

Les minorités commencent par saper l’autorité du Pouvoir en place, sous les applaudissements d’une partie des rejetons veules, incapables et moralement déficients de l’élite de la richesse et de la culture. C’est la phase nécessaire, généralement longue de plusieurs décennies, que des observateurs aussi lucides qu’impuissants nomment parfois, d’une façon fort intelligente : miner une société.

On y parvient grâce à l’hystérie et à l’arrogance, par l’usage des confusions sémantiques et du trompe-l’œil, et encore plus facilement si l’on adopte un statut victimaire. Les sexagénaires actuels ne peuvent oublier comment ont agi, puis triomphé, les agitateurs des années 1965 sq. en Occident.

Lire la suite « L’usurpation du Pouvoir par les minorités »