Pour la première fois, un pays a quitté l’Union européenne

« Ce soir à 23 heures, après 30 ans de résistance, le grand peuple du Royaume-Uni aura enfin réalisé le Brexit », titrait le Sun vendredi, à quelques heures seulement d’un événement historique : vendredi à minuit heure française, l’Union européenne perdait un de ses grands pays.
C’était la première fois qu’un Etat quittait l’UE. Nigel Farage pouvait se réjouir la veille sur les ondes de la radio LBC où il tient un programme de discussion politique journalier : le but pour lequel il s’est tant battu est atteint, au moins sur le plan formel puisque les futures relations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni restent à négocier pendant les onze prochains mois.

D’ici là, le Royaume-Uni continuera d’appliquer les règles et normes européennes. C’est Nigel Farage, avec son Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui avait poussé David Cameron au référendum, et c’est le même Nigel Farage qui, avec son Brexit Party, a forcé les tories à respecter le résultat du référendum de 2016. Les membres du Brexit Party ont donc plié bagage à Strasbourg, comme leurs collègues qui n’étaient pas tous aussi joyeux qu’eux, quelques larmes ayant même été versées au Parlement européen lors du vote de mercredi qui avalisait l’accord sur la sortie du Royaume-Uni.

Lire la suite « Pour la première fois, un pays a quitté l’Union européenne »

Islamisme : les ennemis à l’intérieur de l’Etat – Journal du mardi 4 février 2020

 

 

 

Islamisme : les ennemis à l’intérieur de l’Etat

4 mois après l’attentat à la préfecture de Police de Paris perpétré par un des fonctionnaires, un militaire de 19 ans a attaqué une gendarmerie en Moselle. Une affaire qui rappelle que la question de la radicalisation touche largement les services de l’Etat… un Etat visiblement incapable de se défendre.

Réforme des retraites : la CFTC, un autre son de cloche

Alors que le débat sur la réforme des retraites a vu s’opposer des sensibilités politiques parfois caricaturales avec la CGT communiste d’un côté et la CFDT pro-gouvernementale de l’autre, la CFTC, elle, fait entendre un discours chrétiens à contre-courant.

Primaires démocrates : fiasco dans l’Iowa

Alors que les primaires démocrates ont débuté lundi soir dans l’Iowa, le premier rendez-vous pour désigner l’adversaire de Donald Trump a tourné au fiasco. A cause d’une défaillance, le parti s’est retrouvé dans l’incapacité de publier les résultats officiels. Une aubaine pour le président étasunien.

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/islamisme-les-ennemis-a-linterieur-de-letat-journal-du-mardi-4-fevrier-2020

Du bon usage de la critique des religions, par Gérard Leclerc

1073981766.5.jpg« En France, on a le droit de critiquer les religions, il n’y a pas de délit de blasphème. » On peut dire que ce genre d’affirmation court en boucle en ce moment dans tous les médias et les réseaux sociaux. C’est suite à l’affaire Mila, du nom d’une jeune fille de 16 ans qui s’est permis d’exprimer des propos peu aimables – c’est le moins que l’on puisse dire – à l’égard de l’islam. Cela lui a valu des menaces de mort et même l’impossibilité d’accéder à son lycée, sa sécurité étant en cause.

Ce genre d’incident est déjà caractéristique d’un certain climat moral, mais il s’est trouvé amplifié à la suite d’une déclaration de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, qui, tout en condamnant les menaces de mort, a néanmoins pris position contre la jeune fille coupable, à son avis, d’insulte à la religion. La ministre est revenue par la suite sur ses propos qui avaient provoqué un véritable charivari. Comment pouvait-on s’opposer à la liberté de critique des religions ? N’était-ce pas revenir à l’ancienne législation contre le blasphème ?

Lire la suite « Du bon usage de la critique des religions, par Gérard Leclerc »

Marion Maréchal : “Je suis catholique et cela influence bien sûr ma façon de penser politiquement”

Marion Maréchal : “Je suis catholique et cela influence bien sûr ma façon de penser politiquement”

A l’occasion de l’ouverture d’une branche espagnole de l’ISSEP, Marion Maréchal  a accordé une interview au journal El Mundo. Voici une traduction libre d’une partie de cet interview :

Êtes-vous surpris du succès de Vox, devenue troisième force politique d’Espagne?

Je suis impressionnée par la force avec laquelle vos idées ont pénétré la société espagnole. Il est vrai que l’Espagne était restée en dehors de la montée des partis conservateurs dans le reste de l’Europe. Mais c’est la tendance. Vox contribuera à préserver l’Espagne de tout ce dont nous souffrons déjà en France en raison du problème de l’immigration – 18% des enfants nés ont un nom arabe – qui nous a transformés en une société brisée, violente et islamisée. Un rapport [de la DGSI] qui vient de sortir révèle qu’il y a 150 quartiers en France qui sont déjà contrôlés par les islamistes. En Espagne, cela peut arriver dans 15 ans (…) Les élites ne comprennent pas ce qui se passe, elles sont ancrées dans un modèle passé (…)

De quelles élites parlez-vous?

Une partie importante des médias, des grands groupes économiques, des multinationales, de ceux qui s’intéressent au succès du multiculturalisme, de la mondialisation et de la baisse conséquente des salaires et du niveau de vie de beaucoup …

Lire la suite « Marion Maréchal : “Je suis catholique et cela influence bien sûr ma façon de penser politiquement” »

Passé-Présent n°264 – Avant Donald Trump, l’empêchement du président Johnson

La procédure d’empêchement du président Andrew Johnson (1808-1875)

Réagissant à l’actualité politico-juridique illustrée par la procédure d’impeachment du président Donald Trump, Philippe Conrad se penche sur les précédentes mises en accusation de présidents étatsuniens dont, avant Bill Clinton, celle d’Andrew Johnson, ce démocrate originaire du sud, co-listier d’Abraham Lincoln à qui il succédera à la suite de l’assassinat de ce dernier.

Savorgnan de Brazza, l’homme qui a donné le Congo à la France

Anne Sicard se propose aujourd’hui d’évoquer la vie de Pierre Savorgnan de Brazza (1852-1905). Aristocrate italien naturalisé français à l’âge de 22 ans, cet officier de marine organisera plusieurs missions d’exploration en Afrique équatoriale, remontant l’Ogooué vers le Congo, créant plusieurs postes entre les deux fleuves, dressant des cartes de territoires jusqu’alors inconnus, fondant Brazzaville et étendant considérablement le territoire français sans tirer un seul coup de feu.

Le dictionnaire amoureux des monarchies

Le monde compte encore de nos jours 26 monarchies dont 10 en Europe. Elles règnent sur 580 millions de sujets. Philippe Conrad fait appel à Jean des Cars, spécialiste incontesté des dynasties royales, pour nous en parler. Dans ce riche dictionnaire, ponctué de faits historiques parfois inédits, d’anecdotes significatives où l’érudition domine, l’auteur nous offre de multiples entrées étanchant nombre de nos connaissances. Le style alerte dont il nous a habitué en facilite aisément la lecture. (Dictionnaire amoureux des monarchies – Jean des Cars – Plon/Perrin – 458 p. – 25 €)

« Les nouveaux convertis », un documentaire touchant de KTO sur les musulmans qui ont embrassé la religion Chrétienne

Ce documentaire s’intéresse aux musulmans qui ont embrassé la religion Chrétienne. Le sujet est certainement à manier avec précaution, notamment concernant le choix des intervenants. Alors que les Eglises semblent se vider chaque année un peu plus, les prêtres voient arriver de nouveaux fidèles inattendus.En France, ils sont plusieurs centaines, chaque année, à quitter l’Islam pour rejoindre la religion chrétienne. Ces nouveaux convertis payent parfois cher leur choix, confrontés au rejet de leur famille et de leur communauté.

Qui sont ces hommes et ces femmes qui choisissent de vivre leur foi, parfois secrètement, au détriment d’une vie quotidienne paisible et épanouie ? Quelles sont leurs motivations ? Comment ce choix s’est-il imposé ? Comment sont-ils accueillis par les Chrétiens ?…Pour dépasser le constat et appréhender l’aspect sociologique du sujet, ce film part à la rencontre de ceux qui ont choisi d’emprunter ce difficile chemin, mais aussi des témoins et acteurs de leur parcours du combattant : proches et familles de convertis, imams, prêtres…

Plus qu’un simple choix culturel et religieux, cette conversion entraine un renoncement, qu’il faut savoir gérer pour embrasser et vivre pleinement une nouvelle religion choisie.

https://www.tvlibertes.com/actus/les-nouveaux-convertis-un-documentaire-touchant-de-kto-sur-les-musulmans-qui-ont-embrasse-la-religion-chretienne

Laïcité, modernité, identité : un sentiment de fin du monde

Chronique de Paysan Savoyard (n°227 – Février 2020)

Depuis plus de vingt ans, les études d’opinion le montrent sans ambiguïté : la grande majorité des Français sont pessimistes. Ils sont même les plus pessimistes du monde occidental. Tous ou presque sentent que l’avenir est sombre. Presque tous sont persuadés que la vie de la génération suivante sera moins favorable que la leur propre. On peut recenser trois causes majeures de cette ambiance sépulcrale.

  • La disparition de la religion chrétienne, facteur de solitude et d’anomie

La religion chrétienne et l’Eglise n’occupent plus désormais en France, et plus généralement dans les sociétés de l’ouest de l’Europe, qu’une place résiduelle. Les républicains, athées et pétris de l’idéologie individualiste des Lumières, sont au pouvoir en France depuis deux-cents ans : la lutte antireligieuse qu’ils mènent sous couvert de laïcité et la propagande anticléricale qu’ils alimentent sans relâche ont eu raison de la religion chrétienne et l’ont marginalisée. La société de consommation mise en place à l’après-guerre est venue renforcer l’individualisme et le matérialisme installés par les républicains. Ayant choisi d’accompagner le mouvement de la modernité et de renoncer à un grand nombre de traditions et de convictions ancestrales, l’Eglise de son côté s’est banalisée : dépourvue désormais de message propre, elle est devenue inutile. Au terme de cette évolution la religion chrétienne, en France et en Europe, est désormais marginale. Lire la suite « Laïcité, modernité, identité : un sentiment de fin du monde »