Julien Freund : La fin des conflits ?

Julien Freund.png

Julien Freund : La fin des conflits ? par Chantal Delsol

Ex: https://www.chantaldelsol.fr

Communication prononcée au colloque Julien Freund, Strasbourg, 2010

970348252.jpgOn sait que Julien Freund ne croit pas à la fin possible des conflits dans le monde humain. C’est bien d’ailleurs ce postulat, fondamental dans sa philosophie, qui l’avait opposé à son premier directeur de thèse, Jean Hyppolite, l’avait conduit à chercher un autre directeur de thèse qu’il avait trouvé en la personne de Raymond Aron, et avait occasionné un débat pathétique et drolatique avec Hyppolite lors de la soutenance de thèse.

L’accusation d’utopisme porté par Freund aux pacifistes ne l’englue pas dans un empirisme cynique, mais laisse la porte ouverte à une espérance qui est d’une autre sorte. Je voudrais montrer que cet idéal, outre qu’il marque l’empreinte religieuse dans l’esprit de notre auteur, signe la marque de son temps : il n’a pas pu voir quel genre de « fin des conflits » est attendue aujourd’hui, tout autre que celle des utopies présentes à son époque. Ce qui montre l’inscription de sa pensée dans une époque, en même temps que sa pérennité. Lire la suite « Julien Freund : La fin des conflits ? »

Denain (59) : la maire socialiste « noue une alliance informelle » avec les Frères musulmans pour les municipales

Alors que le candidat du Rassemblement national Sébastien Chenu semble en position d’emporter la ville, la maire Anne-Lise Dufour-Tonini entretient des rapports cordiaux avec la famille Iquioussen, ouvertement proche des frères musulmans. Par électoralisme ? La réponse n’est pas simple.

En apparence, c’est un cas d’école. Une élue socialiste du Nord, sentant sa base électorale s’effriter, cède aux sirènes du communautarisme. Alors que le Rassemblement national est en embuscade, prêt à ravir la mairie, elle noue une alliance informelle avec des religieux, qui lui apportent les voix de la communauté musulmane.

En échange, elle les laisse étendre leur influence, au mépris des principes laïques et républicains qui forment le socle du socialisme. Sauf qu’à Denain (20 075 habitants), la réalité du terrain est plus nuancée. L’entrisme des frères musulmans dans la vie politique locale ne fait plus guère de doute. Leur poids électoral réel, en revanche, est une énigme.

(…) Médiacités

http://www.fdesouche.com/1334013-denain-59-la-maire-socialiste-noue-une-alliance-informelle-avec-les-freres-musulmans-pour-les-municipales

La défaite les divisera encore plus

6a00d8341c715453ef0240a5093deb200b-320wi.jpgAu lendemain des élections municipales, le parti ministériel nous en a très aimablement avertis : au ministère de l’Intérieur, l’incertain Castaner, s’apprêtait à en trafiquer les statistiques de résultat. Ce sont en effet 54 % des électeurs français dont il se proposait de camoufler le désaveu probable. La manœuvre annoncée aura semblé tellement énorme que les gardiens du temple constitutionnel ont finalement  protesté.

Castaner, ce très mauvais ministre de l’Intérieur coche, à vrai dire, toutes les cases : parfaitement nul sur le maintien de l’ordre et la sécurité des citoyens et contribuables[1], totalement médiocre quant au pilotage des collectivités locales, il se révèle pire encore s’agissant de la préparation des élections.

Pièce essentielle du dispositif macronien, son prédécesseur Gérard Collomb était retourné sous sa tente lyonnaise. Certes, en décembre 2019, la démission de Delevoye correspondait au 16e départ, en 2 ans, d’un ministre ou d’un sous-ministricule ayant quitté l’Olympe jupitérienne. Mais on attendait toujours vainement que celui-là s’en aille à son tour, chassé pour ses incompétences multiples. Lire la suite « La défaite les divisera encore plus »

Macron : mille jours et le chaos

Alors qu’Emmanuel Macron fête ses mille jours à la tête de l’Elysée, les Français dressent un constat accablant du mi-mandat présidentiel. Crise des Gilets Jaunes, réforme des retraites ou encore affaire Benalla, le quinquennat Macron est pour le moment bien amer.

Emmanuel Macron fête ses mille jours à l’Elysée

Et le bilan est amer. Un cap symbolique pour le président de la République dont le mandat ressemble davantage à long calvaire qu’à une promenade de santé. 

Selon un sondage Odoxa près de deux français sur trois estiment que Jupiter est un mauvais président et un tiers des personnes interrogées le considèrent même comme « un très mauvais président ». Parmi les personnes ayant une mauvaise opinion, 62% le considèrent mauvais en raison « de ses actions et de la politique qu’il a menée ». Il faut dire que depuis son élection en mai 2017 et la promesse d’un «nouveau monde politique»,  certains électeurs ont quelque peu « déchanté ». En deux ans et demi de présidence, Emmanuel Macron a perdu 32 points de popularité ; ses prédécesseurs, François Hollande et Nicolas Sarkozy, en avaient perdu respectivement 35 et 31.

Si le locataire de l’Elysée limite la casse de ce côté, il a en revanche tiré son épingle du jeu en se montrant parfois extrêmement méprisant avec les gens qui ne sont rien. En effet, pendant la campagne électorale ou peu après son élection, Emmanuel Macron a multiplié les petites phrases chocs qui ne sont pas passées auprès de l’opinion.

Lire la suite

Dans l’Incorrect, une liste utile des médias royalistes…

La Rédaction a apprécié le « site royaliste quotidien », « consacré à l’actualité », « très productif » : le rajeunissement de notre équipe et la conséquente chute spectaculaire de sa moyenne d’âge (plus que divisée par deux : moins de quarante ans) explique évidemment cette réactivité, ce dynamisme qui sont remarqués par tous…

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Le Parti de la France salue son Président d’Honneur

84714602_172208414062529_4325685159799029760_o.jpg

Thomas Joly, Président du PdF, et Jean-François Touzé, son Délégué général, lors des obsèques de Roger Holeindre

Le blog de Thomas Joly cliquez ici

Roger Holeindre fut un homme exceptionnel de courage, de fidélité et de rectitude. Ses obsèques se devaient de s’élever à la hauteur de celui qui fut notre ami et, au delà de la mort, reste notre camarade.
Toute la grande famille nationale était au rendez vous pour ce dernier hommage à un immense patriote et un grand militant. Tous étaient venus et se serraient autour du cercueil de bois blanc marqué d’un crucifix et recouvert des trois couleurs ainsi que du béret rouge et des décorations de Roger.
Pavoisée en Bleu blanc rouge par les drapeaux du CNC, l’église Saint Roch était archipleine.

Dans la foule des nationaux de toute génération, on reconnaissait les camarades de toujours de Roger, frères d’armes ou compagnons de lutte politique. Jean-Marie Le Pen, coiffé de son béret vert était là, bien sûr, au premier rang.
Mais aussi Carl Lang, ancien Secrétaire général du Front National et Président du Parti de la France jusqu’en novembre dernier. Jean-Pierre Reveau, Myriam et Christian Baeckeroot, Fernand Le Rachinel, Michel Bayvet du PdF étaient naturellement présents, mais également Martial Bild, Lorrain de Sainte-Affrique, Roland Hélie, Régis de La Croix Vaubois, Alexandre Gabriac, Marie-Christine Arnautu,… Tant et tant d’autres que nous ne pouvons tous citer. La direction du Parti de la France était venue en délégation rendre hommage à son Président d’Honneur : Thomas Joly, Président du PdF, Jean-François Touzé, Délégué général, Alexandre Simonnot, Pierre-Nicolas Nups, Éric Pinel et Frantz Isorni, membres du Bureau politique, ainsi que de nombreux militants… Lire la suite « Le Parti de la France salue son Président d’Honneur »

Politique française : de Charybde en Scylla, par Maxime Tandonnet

macron-sarkozy-immigration-debat-1200x727.jpg

La politique française donne le sentiment étrange d’empirer d’année en année sans que le fond de l’abîme ne soit jamais atteint.

D’après l’enquête de CEVIPOF sur la confiance, 79% des Français ont une image négative de la politique. 39% éprouvent de la méfiance envers elle, 28% du dégoût et 10% de l’ennui. S’ajoutant à l’explosion de l’abstentionnisme (plus de 50% aux législatives de 2017) et au vertigineux progrès du vote « anti-système » de gauche ou de droite, ces résultats soulignent le climat d’écœurement qui ronge le pays et la profondeur du fossé qui sépare la classe dirigeante du peuple et ne cesse de se creuser. Faut-il s’en étonner ?

A la veille des municipales, les responsables publics semblent n’avoir aucune conscience de leur déconnexion croissante et de la tragédie qui se noue en ce moment autour de leurs quatre péchés capitaux : démagogie, lâcheté, incompétence et mépris. Lire la suite « Politique française : de Charybde en Scylla, par Maxime Tandonnet »