Communisme égale nazisme, c’est enfin admis !

Communisme égale nazisme, c'est enfin admis.jpeg

Directeur de recherches au CNRS, Stéphane Courtois est considéré comme l’un des spécialistes mondiaux de l’histoire des totalitarismes. La publication de son Livre noir du communisme(1), vendu à plus d’un million d’exemplaires, en a également fait un polémiste de choc. Avec son tout nouveau Dictionnaire du communisme(2), l’historien dépasse la seule dimension criminelle du communisme. Il répond aux questions sur son passé maoïste, la confiscation de l’historiographie par les marxistes… et Guy Môquet

Le Choc du mois : Commençons, si vous le voulez bien, par les questions sur votre itinéraire et vos convictions. Vos adversaires vous présentent comme l’historien autoproclamé du communisme représentant la droite catholique. Ailleurs, on peut lire que vous êtes un ancien mao. Qui a raison ?

Stéphane Courtois : J’ai effectivement lu avec beaucoup de surprise, dans un article du Nouvel Observateur de juillet 2006, que j’étais « l’idéologue de la droite catholique ». Pour cela, il eut d’abord fallu que je sois catholique, ce qui n’est pas le cas, même si je donne un cours d’histoire du communisme dans une université catholique de Vendée – c’est d’ailleurs l’honneur de ces catholiques de faire passer l’appréciation des compétences professionnelles avant les appartenances religieuses. Et serais-je stigmatisé de la même manière si j’étais de « la gauche catholique » ? Lire la suite « Communisme égale nazisme, c’est enfin admis ! »

Pavlenski «sans doute» aidé? Niant tout «complotisme», Ndiaye émet ses doutes sur l’affaire Griveaux

Tandis que l’enquête sur la diffusion d’images à caractère sexuel attribuées à Benjamin Griveaux suit son cours, la porte-parole du gouvernement juge que l’artiste et opposant russe qui a revendiqué cet acte, «a sans doute été aidé».
Sibeth Ndiaye se pose des questions concernant l’affaire Benjamin Griveaux… mais se défend de tomber dans le «complotisme». Tandis que l’enquête ne fait que débuter, la porte-parole du gouvernement a partagé ses doutes sur le fait que Piotr Pavlenski, qui a revendiqué la diffusion des vidéos intimes attribuées à l’ex-candidat à la mairie de Paris, ait agi seul. «Moi je ne veux pas verser dans le complotisme. Néanmoins, je remarque qu’il y a quand même une certaine forme de technicité pour mettre en œuvre tout cela», a-t-elle répondu à un journaliste ce 17 février sur LCI.

https://www.tvlibertes.com/actus/pavlenski-sans-doute-aide-niant-tout-complotisme-ndiaye-emet-ses-doutes-sur-laffaire-griveaux

Sur Figaro Vox, Éric Zemmour: « Le passé de la droite française est l’avenir de la droite allemande .»

La CDU est condamnée à mort et la montée de l’AfD, inexorable.

Il est au moins un domaine où l’Allemagne a vingt ans de retard sur la France : la politique. L’épisode de Thuringe où des élus de la CDU ont accepté celles des populistes de l’AfD, provoquant un charivari médiatique et politique et la démission de la présidente de l’Union chrétienne démocrate, rappelle furieusement les élections régionales françaises de 1998

Alors, quatre présidents de région de droite (RPR ou UDF) avaient accepté les voix du Front national pour être élus. Leurs noms sont largement oubliés aujourd’hui : Charles Millon, Jean-Pierre Soisson, Jacques Blanc et Charles Baur ; mais depuis, plus aucun membre de la droite, que ce soit sous le nom de l’UMP ou de LR, n’a osé les imiter. À l’époque, le président Jacques Chirac, celui du RPR, Philippe Séguin, et son numéro 2, Nicolas Sarkozy, étaient très fiers d’avoir expulsé les rebelles et fait respecter par les autres le «cordon sanitaire» entre la droite et «l’extrême droite».

Lire la suite « Sur Figaro Vox, Éric Zemmour: « Le passé de la droite française est l’avenir de la droite allemande .» »

Zoom – Ivan Rioufol : L’heure des comptes à sonné

Editorialiste au Figaro, Ivan Rioufol est une figure bien connue des téléspectateurs de TVLibertés. Dans son dernier essai « Les traîtres », il pointe du doigt ceux qui depuis 40 ans abusent la confiance des électeurs, mentent sur la réalité, saccagent la nation fragile. Faudrait-il se résoudre à regarder la France se désintégrer, sans que les vandales soient inquiétés ? Pour Ivan Rioufol, l’heure des comptes a sonné et pourquoi pas devant la justice ! En parallèle, un projet de société est à repenser autour d’un conservatisme national. Une chose est sûre : le peuple est en ébullition et la révolution démocratique des Gilets Jaunes lancée le 17 novembre 2018, doit être menée à son terme !

https://www.tvlibertes.com/zoom-ivan-rioufol-lheure-des-comptes-a-sonne

Et la gagnante est : Agnès Buzyn ! La ficelle Griveaux n’est-elle pas un peu grosse ?

chess-3325010_960_720-845x475.jpg

Dimanche après-midi, 16 heures, la nouvelle tombe : après le retrait de , c’est , ministre de la Santé, qui a été désignée par LREM pour conduire la liste de la majorité présidentielle pour les municipales à Paris.

Mounir Mahjoubi et Marlène Schiappa avaient été cités comme possibles recours, mais c’est très vite la solution Buzyn qui s’est imposée. Chacun des deux, avec ses limites, a servi de faire-valoir. Quant à l’intéressée, elle ne démentait pas. Et tout concourait à sa désignation : son profil d’universitaire et de médecin sied comme un gant à la sociologie parisienne et enlève à Cédric Villani une partie de sa singularité, son expérience ministérielle vaut celle de Dati et son profil de femme peut rivaliser avec celui d’Hidalgo. Lire la suite « Et la gagnante est : Agnès Buzyn ! La ficelle Griveaux n’est-elle pas un peu grosse ? »

Europe Écologie Les Verts, l’écologie politique à l’extrême gauche

eelv-588x330.jpg

Les prochaines élections municipales risquent de se traduire par une forte poussée du vote en faveur des candidats estampillés écologistes. De nombreuses listes qui se présentent ont verdi leur programme. Pourtant, à y regarder de près, l’écologie politique adopte de nombreuses causes qui sont loin de servir la défense de l’environnement. L’enfer est parfois pavé de bonnes intentions.

Vous l’avez peut-être remarqué autour de vous, la défense de l’environnement, la réduction des déchets et la consommation locale sont des sujets omniprésents, particulièrement parmi les jeunes. Les médias multiplient les reportages à ce sujet et portent la défense de l’environnement au rang de cause nationale. L’époque semble favorable à l’écologie politique.

Une analyse des positions d’Europe Écologie Les Verts (EELV) montre pourtant que ce parti incarne parfois bien mal la cause qu’il prétend servir. Sur certains thèmes, il se rallie aux propositions les plus radicales et hors sol de la gauche.

Écologie politique : l’écologie « pastèque » a gagné

Une guerre fratricide a eu lieu il y a quelques années au sein des mouvements d’écologie politique. Elle a opposé les tenants d’une défense pragmatique de l’environnement à ceux d’une écologie de gauche incarnée par EELV. Les électeurs ont tranché au fil des élections. Antoine Waechter n’a pas réussi à imposer une vision non dogmatique de l’écologie. EELV reste désormais le seul parti d’importance à incarner l’écologie politique. Lire la suite « Europe Écologie Les Verts, l’écologie politique à l’extrême gauche »