L’affaire du Lancet : un scandale dans le scandale

The Lancet, revue de médecine mondialement réputée, a publié une escroquerie scientifique. En y ajoutant foi, le ministère de la santé a montré les limites de sa compétence.

Le Dr Olivier Véran va-t-il démissionner ? Les résultats de la létalité au Covid-19 (mortalité rapport du nombre de morts sur le nombre de cas déclarés) ont été publiés par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, basé à Stockholm la « France occupe la dernière place dans le monde avec un taux de 19,67% de létalité ».

Rappel des faits : le 19 février 2020, une étude chinoise à Quingdao, sur 100 patients conclut à l’efficacité d’un traitement de 500 mg de phosphate de chloroquine. Ce médicament agirait en empêchant l’entrée du virus dans la cellule qu’il veut infecter. Lire la suite « L’affaire du Lancet : un scandale dans le scandale »

Dégénérescence d’une République régénératrice seconde partie

Oublions la presse féminine qui atteint, elle aussi, des records de tirage (et des records de sottise : je préfère me taire…), pour m’arrêter à la presse destinées aux jeunes filles, la mini bimbo, la meuf, la nymphette un tantinet portée à l’hystérie, apprentie commère, dont la cervelle tient dans l’épaisseur de son string : ce n’est même pas un cache-sexe, c’est un cache-cervelle. On les reconnaît au premier rayon de soleil, le nombril à l’air, la dégaine mi-trash, mi-sexy avec leurs airs innocents d’aguicheuses promises à l’enrichissement des « psy » – si la vie, entre temps, ne leur a pas réservé de plus sombres et amères désillusions. Les plus dévergondées pourront toujours se reconvertir à la télévision ou dans le skowbiz, milieux surabondamment peuplés de dépravés. Là, vous rajoutez un à deux millions d’exemplaires. Quelques échantillons en disent long sur le mental des parents qui achètent ou laissent leurs filles acheter ce genre de serviettes hygiéniques sur papier glacé : Star Club, Fan 2, Girls !, Starac Mag, 20 ans, Miss Star Club, Hit Machine Club, Muteen, etc. Presse torchonneuse dont la veine générale peut se résumer ainsi : comment devenir une salope tout en étant riche, célèbre, enviée, passer à la télé et voir sa photo en couverture. Lire la suite « Dégénérescence d’une République régénératrice seconde partie »

Dégénérescence d’une République régénératrice première partie

Plus de cent pays auraient adopté notre Fête de la Musique enfin les valeurs supérieures de la civilisation françaises s’exportent ! En ce domaine, la France fait figure de modèle. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, ce qu’on appelle la Fête de la Musique – qui aura lieu ce 21 juin -, c’est la fête du vacarme, du néant sidéral qui sonne creux dans le cerveau de notre jeunesse moderne. C’est la fête du « Boum ! Boum ! » fracassant, de la sono techno sur fond de polyphonies diverses et assourdissantes, se recouvrant, s’annulant, se désintégrant en cacophonie infernale; c’est le tempo des décibels qui vrillent les tympans, un boucan d’enfer rythmant les vibrations dissonantes qui use les nerfs, vous épuise le mental, vous met les batteries à plat. Il faut trois jours pour s’en remettre. C’est l’apothéose de l’abrutissement sublime programmé pour fêter le solstice d’été, point de mire cosmologique de la décadence de notre civilisation on a les symboles qu’on mérite. Il n’est pas question de musique, ici, mais de tapage aggravé de nuisances sonores et de trouble à l’ordre public. Sans compter les fins de soirées peuplées par les groupes erratiques de débiles précoces déambulant, canette de bière à la main, avec ce regard éteint de mollusques extraits de leur environnement naturel. Et encore, estimons-nous heureux si la nocturne ne dégénère pas grunge, dans l’urine et le vomi. Lire la suite « Dégénérescence d’une République régénératrice première partie »

Jean-Luc Mélenchon et des dirigeants de La France insoumise visés par une enquête pour «abus de confiance»

Jean-Luc Mélenchon et plusieurs dirigeants de La France insoumise (LFI) sont visés par une enquête préliminaire pour « abus de confiance » et « recel », a annoncé le parquet de Paris ce mardi.

Actu17

https://www.tvlibertes.com/actus/jean-luc-melenchon-et-des-dirigeants-de-la-france-insoumise-vises-par-une-enquete-pour-abus-de-confiance

La poussée Verte, effet d’un somnambulisme, par Ivan Rioufol

La vague des abstentionnistes (60%) est le message à entendre des municipales. “La déferlante écologiste” – titre du Figaro de ce lundi – bouscule assurément la politique. Les partis traditionnels paient leur paresse intellectuelle, à commencer par LREM et son “en même temps” illisible. Mais cette poussée Verte, qui ramène la gauche décatie dans ses soutes, tire profit d’un environnement politique dévasté par le conformisme et le somnambulisme. La victoire d’Europe Ecologie les Verts, alliée à la gauche et à l’extrême gauche, illustre la persistante vitalité du politiquement correct, qui navigue de plus en plus en terrain conquis.

Or, c’est cette pensée obligée, dévolue à l’idéal mondialiste et diversitaire, qui a arasé le débat et privé des électeurs de porte-paroles. La déferlante écologiste est d’abord une déferlante idéologique. Est-ce à dire que la France se serait convertie à l’immigrationnisme, au communautarisme et aux aménagements avec l’islam politique, ces voies promues par les écolos ? Ce lundi sur Europe 1, Yannick Jadot, le patron des Verts, a redit qu’il fallait d’abord “apaiser les tensions”, en reprenant le vocabulaire de ceux qui, en fait, n’entendent pas résister aux assauts des minorités ethniques et religieuses contre la civilisation française. Cette poussée Verte réveillera-t-elle les endormis ?

Lire la suite « La poussée Verte, effet d’un somnambulisme, par Ivan Rioufol »

Plaidoyer pour une Monarchie royale. Partie 1 : Quand la légalité de la République ne suffit plus.

6a00e54f0f7ad688340264e2e54884200d-800wi

Les nouvelles économiques ne sont pas bonnes, et le chômage menace nombre de nos concitoyens quand, dans le même temps, le numérique et la robotisation accélérée sont présentés comme les cadres, quasiment obligatoires, du monde de demain, d’un proche lendemain qui semble s’annoncer et se déployer déjà en ce cruel aujourd’hui. Sans doute le principal choc social aura-t-il lieu à la rentrée de septembre prochain, quand plus de 700.000 jeunes arriveront sur le marché du travail et quand, dans le même temps, les entreprises et activités liées au tourisme, à la restauration et aux loisirs, feront leurs comptes qui pourraient, pour beaucoup, ne pas être bons. Mais c’est maintenant qu’il faut agir et prévenir, et c’est l’État qui devrait être le grand ordonnateur de la nécessaire réaction économique et sociale au choc, en se faisant le plus politique possible, non de manière étatiste, mais comme un stimulateur, un investisseur et un protecteur. En somme, « être l’État » et appliquer la maxime traditionnelle du « Gouverner c’est prévoir » qui n’est vraiment possible que quand l’État est conscient de sa force et décidé à l’utiliser face aux appétits des charognards économiques et aux événements, même contraires. Lire la suite « Plaidoyer pour une Monarchie royale. Partie 1 : Quand la légalité de la République ne suffit plus. »

Municipales 2020 ou le puzzle macronien.

mariannefragment-520x260.jpg

Dire que les élections municipales de 2020 sonnent le glas de la démocratie peut paraître peu démocratique. Pour qu’il y ait une démocratie, il faut qu’il y ait un démos, un peuple avec une volonté générale qui l’anime et qui se traduit par les mouvements d’amplitude différente et d’orientations opposées qui marquent les scrutins. Certes les élections municipales sont des élections locales, mais on sait très bien que, de plus en plus, les électeurs sont déterminés par des considérations nationales qui justifient de grands basculements à leur occasion, et cela en proportion de la taille de la ville. Les vagues nationales sont imperceptibles dans les petites communes et peuvent être des raz-de-marée dans les très grandes. C’est ainsi que les Républicains avaient conquis un certain nombre de villes sur la gauche en 2014 en raison du rejet de Hollande. Le Rassemblement National avait aussi réussi à s’implanter dans quelques communes. Toutefois, les luttes internes de la « droite » et l’implosion socialiste avaient provoqué un éloignement de la politique chez beaucoup de Français : l’abstention avait atteint 36,5% en 2014, contre 33,5% en 2008. En 1983, elle n’était que de 21,6%. Ce scrutin de proximité connaissait habituellement des records de participation. L’effritement de celle-ci est un signe du délitement de la nation française, de notre démos en voie d’archipelisation. 2020 a accéléré le processus dans le contexte du COVID-19 et de la crainte d’être infecté. 56 % des électeurs au premier tour, 60% au second ont déserté les bureaux de vote. A Moissac, ville du Tarn-et-Garonne de 13 000 habitants où le RN l’emporte, 42,21 % d’abstentions, 55,10% à Paris Ve, 67,48 % à Saint-Denis, et 77,25 % à Roubaix. L’enjeu politique d’une part, la composition sociologique de la commune, d’autre part, avec ses tranches d’âge, sa proportion d’immigrés peu intégrés, expliquent ces différences qui dessinent une France éclatée. Dans l’ensemble, beaucoup de maires ont été reconduits après une campagne altérée par le confinement et dans l’indifférence d’un grand nombre d’administrés. Quelques pertes ici compensées par quelques victoires là, Metz à droite, et Nancy à gauche : rien d’inhabituel. En revanche, les événements les plus significatifs se situent dans les plus grandes villes avec le grossissement médiatique que cela entraîne alors que le petit nombre de votants, et la déformation du corps électoral que cela induit, devraient relativiser cette impression. Lire la suite « Municipales 2020 ou le puzzle macronien. »