Les hommes changent, mais la ligne politique demeure la même

106684004_10214246333271742_871710198827070549_n.jpg

L’avis de Jean-François Touzé

Le changement, la « nouvelle étape » promise consiste pour Macron à remplacer un technocrate ex-juppéiste par un technocrate ex-sarkoziste.
Il est vrai qu’en substituant Jean Castex à Édouard Philippe, le Président de la République ne poursuit qu’un but et un seul: nommer à Matignon un simple collaborateur, exécutant docile de ses exigences, et avoir ainsi les mains libres pour exercer l’entièreté des responsabilités du pouvoir.
Il devra bientôt assumer aussi l’entièreté de la responsabilité des catastrophes qui viennent.

106504893_10214246337231841_1559630591877160442_n.jpg

«Great Reset. Vote écolo termine en vélo! Quota carbone individuel et fin des avions ! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

On va rire, mais on va rire mes amis, chaque jour un peu plus.
N’oubliez pas, 20 minutes de rire quotidien c’est excellent pour la santé.
 La vôtre et donc celle de la planète.
Tout le mois de juillet je vais vous parler de cette histoire de « great reset », pour vous aider à y voir plus clair, et en définir le contour.Qu’est-ce qu’il recouvre, qu’est-ce qu’il signifie, qu’est-ce qu’il implique évidemment pour nos vies quotidiennes, que cache-t-il aussi ?
Autant de questions aussi fascinantes que passionnantes auxquelles nous allons apporter les réponses.
En attendant, voici que les Khmers verts qui nous dirigent, veulent diriger nos vies et savent mieux que nous ce qui est bon pour nous.
Ils ont décidé que les billets d’avion à 10 euros c’est terminé, et que d’ailleurs les vols en avion c’était aussi terminé.
Terminé.
Fini.
Terminé les tours du monde à pas cher et les allers retours Paris-Venise à 40 euros (à condition de partir de Beauvais).
Car ce qu’a dit Delphine Batho est très lourd de sens.
« On doit organiser la réduction du trafic aérien, car le transport aérien n’est pas compatible avec la transition ».
Taxe ou quota ?

Lire la suite « «Great Reset. Vote écolo termine en vélo! Quota carbone individuel et fin des avions ! » L’édito de Charles SANNAT »

Comment être élu maire avec seulement 5 % des inscrits

567px-urne-567x475.jpg

Le Monde titre : « À  donne la mairie du 12e aux écologistes ». Là, au moins, c’est clair. Les celles-zé-ceux qui croyaient que c’était les électeurs qui choisissaient leur maire vont peut-être comprendre, pour le coup.

Explications. Dans le 12e arrondissement, au premier tour, cinq listes étaient en lice : la liste hidalguiste, conduite par Emmanuel Grégoire, avec 33,39 %, ensuite la liste datiste de Valérie Montandon, avec 22,86 % des voix, puis Sandrine Mazetier conduisant une liste appelée Union du centre, qui a obtenu 16,54 % des suffrages. Enfin, l’écolo Emmanuelle Pierre-Marie n’avait obtenu que 11,95 %, précédant un certain Patrick Rebourg, divers centre, fermant la marche avec 7,9 %. 43,54 % des inscrits s’étaient déplacés pour ce premier tour. Lire la suite « Comment être élu maire avec seulement 5 % des inscrits »

Les deux solstices et les deux Jean

L’année constitue un cycle. Ce cycle comprend un point le plus bas (et le plus froid), la nuit la plus longue ; et un point le plus haut (et le plus chaud), le jour le plus long. Ces deux points sont diamétralement opposés et constituent les deux solstices, les deux grands tournants de la course annuelle du soleil. A ces deux solstices correspondent les deux saint Jean du calendrier chrétien : saint Jean Évangéliste, qui est fêté le 27 décembre, et saint Jean Baptiste dont on célèbre la nativité le 24 juin.
Le solstice d’été est l’apogée de la course du soleil, c’est le sommet de la saison chaude. Jour le plus long de l’année, il est le point culminant de la course du soleil. Après être monté de plus en plus haut chaque jour, il entame sa course déclinante. Ainsi, alors qu’il est une victoire de la lumière sur l’obscurité, le solstice d’été est aussi le commencement de la descente vers cette même obscurité. Les Nordiques consacraient ce jour au dieu Balder, dieu solaire et printanier. Pour célébrer la victoire du soleil sur les ténèbres, on allumait des feux au sommet des collines ce qui symbolisait l’arrivée de l’astre solaire au sommet de sa course. Ces feux ont survécu à la christianisation, et se perpétuent de nos jours le 23 juin sous le nom de feux de la Saint Jean. Au cours de cette fête, qui est communautaire, à la différence de Noël qui est centrée sur le foyer, le feu est allumé à l’extérieur. Il a une finalité essentiellement purificatrice : Dans nos campagnes, on faisait passer le bétail dans la fumée pour le protéger des maladies, on sautait au dessus du feu pour se purifier, on gardait les tisons jusqu’à Noël, date à laquelle ils servaient à allumer la bûche. La fonction purificatrice et fécondante du feu solsticial était marquée par le fait de lancer des roues enflammées qui dévalaient les pentes des collines pour parcourir les champs. Ces roues de feu devaient purifier les champs, mais symbolisaient aussi le cours du soleil fécondant les sillons porteurs des moissons qu’il ferait mûrir. Cette pratique a existé depuis le monde romain, où elle est déjà attestée, jusqu’au folklore européen. La fête du solstice d’été, au centre de la saison joyeuse est, à l’inverse de Noël, une fête triste : le soleil ayant atteint le point culminant, va commencer son déclin. De plus, la période des récoltes qui commence ne permet pas de festoyer pendant douze jours comme à Noël. Les réjouissances estivales auront lieu plus tard, à l’Assomption, grande fête mariale. En Suède, les feux du solstice d’été sont appelés les feux funéraires de Balder.

Lire la suite « Les deux solstices et les deux Jean »

La CEDH condamne la France

20190122_strasbourg_horizontal_0.jpg

L’avis de Jean-François Touzé

L’officine juridico-mondialiste dissimulée sous l’intitulé « Cour européenne des droits de l’homme » (CEDH) vient de condamner la France pour atteinte à la dignité humaine. 
Notre pays aurait, en effet, commis la faute et le péché inexcusable aux yeux de la conformité globalisante de « laisser des migrants sans ressources et à la rue ». Les Français pauvres et sans domicile peuvent, en revanche crever sans que les membres de la juridiction européiste ne fronce le moindre sourcil.
Que la CEDH se rassure : quand les Français nous auront portés au pouvoir et que nous aurons instauré l’État national, il n’y aura plus aucune atteinte aux droits des migrants.
Pour la raison très simple qu’ils auront tous été refoulés hors de notre territoire et que, progressivement mais sûrement, nous procéderons à une juste mais ferme rémigration.

Crise sanitaire : vers une remise en cause des 35 heures ?

Lors de l’entretien d’Emmanuel Macron publié ce matin dans la presse quotidienne régionale, le président de la République a affirmé que la crise sanitaire que nous venons de traverser avait « changé » la France. C’est sur les leçons tirées de cette situation exceptionnelle qu’il compte « reconstruire le pays ». Interrogé au sujet d’une éventuelle remise en cause des 35 heures en raison de la crise provoquée par le coronavirus, Emmanuel Macron est resté très évasif : « Le débat que nous avions connu avant cette crise autour de la durée du nombre d’années de cotisation dans la vie continue à se poser. Nous ne pouvons pas être un pays qui veut son indépendance, la reconquête sociale, économique et environnementale et être un des pays où on travaille le moins tout au long de la vie en Europe. » Lire la suite « Crise sanitaire : vers une remise en cause des 35 heures ? »

Black Lives Matter, plan diabolique de destruction de notre civilisation.

2224224314.3.jpg

Eric Vieux de Morzadec, auteur de deux ouvrages sur la présence des militaires français dans l’armée de la confédération au moment de la guerre de sécession, démonte pour nous les rouages du plan diabolique de destruction de notre civilisation qu’est ce mouvement racialiste des Black Lives Matter.

Héros oubliés, les généraux français de l’armée confédérée, Editions Fol’fer, 250 pages, 25 euros.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2020/07/02/black-lives-matter-plan-diabolique-de-destruction-de-notre-c-6249454.html

Crise : la maladie de l’Union européenne

Crise la maladie de l'Union européenne.jpeg

Avec un certain aplomb, nombre de dirigeants politiques vantent leu gestion de la crise, entre auto-persuasion et mauvaise foi. Une assurance qui semble confiner au culot, tant il est vrai que, de plus en plus, les peuples s’interrogent et doutent.

La rumeur enfle en effet, qui veut que le confinement n’ait pas particulièrement protégé les pays qui l’ont adopté pour se défendre du coronavirus. Ni sur le plan vital. Ni sur le plan économique. Le problème est que la rumeur n’est pas le fruit d’un complot d’esprits obtus et réactionnaires. Elle plonge ses racines dans un certain nombre d’études et de faits – têtus, comme il se doit. Ce qui explique sans doute que plusieurs États en arrivent aujourd’hui à l’étape suivante confiner les esprits en interdisant toute critique. À ce jeu, Macron semble passer d’autant plus maître qu’il s’est signalé par une particulière incompétence. Laquelle confine sans doute, avec l’idéologie.

Ces données – ces faits – sont désormais accessibles à qui veut bien se donner la peine de faire un minimum de recherches. On en trouve des illustrations nombreuses, notamment à travers les États-membres de l’Union européenne. Prenons l’exemple du graphique qu’en a données, mi-mai, le professeur Luis Huete, de l’IESE, école de commerce sise à Barcelone, par lequel il résume, en un schéma très clair l’évolution économique des États en lien avec leur traitement de la crise du coronavirus. Lire la suite « Crise : la maladie de l’Union européenne »