La défaite de la pensée face à l’antiracisme.

gkelman-1024x456.jpg

L’effondrement du niveau des débats politiques et de la pensée en général dans notre pays est à la fois le signal, la cause et la conséquence du déclin et de la décadence de celui-ci. Le fait que l’on puisse introduire la couleur de la peau comme critère d’identité en France est un signe inquiétant : une députée qui avait déjà attiré l’attention sur elle par des stupidités indignes du mandat qu’elle détient vient de viser le nouveau premier ministre comme un homme blanc et de droite. Qu’il soit de droite peut se discuter en raison même de sa collusion avec un président venu de la gauche. Qu’il soit un homme peut décevoir les tenants de la parité. Mais, le fait de l’identifier comme « blanc » est une aberration. Le Guyanais Gaston Monnerville a été Président de la Haute Chambre du Parlement, aujourd’hui le Sénat, de 1947 à 1968 sans que cela pose le moindre problème. La « couleur » existe aux Etats-Unis, non en France. L’immigration très récente d’Africains, l’accession trop rapide à la nationalité française d’un trop grand nombre de personnes, qui ne sont pas adaptées à la culture française, n’ont rien à voir avec la présence continue aux Etats-Unis de descendants d’esclaves. L’histoire, la culture et les normes juridiques françaises rendent l’introduction dans notre pays de critères raciaux fondés sur la couleur incongrue, indécente et intellectuellement inepte. La distinction entre la nature et la culture est un trait dominant de la pensée française de Rousseau à Levi-Strauss. La « couleur » appartient à la nature parce qu’elle est déterminée par l’hérédité. L’identité est, quant à elle, un produit de l’éducation. Le problème posé par les « noirs » comme ceux qui s’agitent autour de la Famille Traoré n’est pas lié à la couleur de leur peau, mais à des comportements qui témoignent d’une absence d’assimilation et même d’intégration à la nation française. Cette famille est malienne, et donc musulmane. Les 17 enfants issus de  4 femmes et d’un père polygame n’auraient jamais du se trouver dans notre pays et posséder la nationalité française. Ce n’est pas une question de couleur, mais de comportement, de culture. La distance culturelle rend l’assimilation difficile voire impossible. L’oublier en permettant à n’importe qui de venir en France et devenir français, c’est faire preuve d’aveuglement, c’est pratiquer ce que Hugues Lagrange appelait le Déni des cultures. Cette famille qui comprend des délinquants multirécidivistes n’est pas victime du racisme, mais coupable de vivre dans un pays qu’elle n’aime pas et au sein duquel une partie importante de ses membres joue un rôle néfaste. Lire la suite « La défaite de la pensée face à l’antiracisme. »

Assassinat de la gendarme Mélanie Lemée : Et un premier scandale pour Castex, un !

En hommage à Mélanie, Championne de France militaire de judo 2018

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes debout et intérieur
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout
L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout
Sitôt le drame connu, le nouveau Premier ministre a tweeté ceci :
« J’ai appris avec une grande tristesse le décès dans l’exercice de ses fonctions de la gendarme Mélanie Lemée. J’exprime mon sincère soutien à ses proches, ainsi qu’à l’ensemble des forces de sécurité intérieures, mobilisées jour et nuit pour notre sécurité. »

Lire la suite « Assassinat de la gendarme Mélanie Lemée : Et un premier scandale pour Castex, un ! »

Discours de Zemmour à la Convention de la droite – Le débat d’idées sous contrôle judiciaire

Renvoyé le 22 janvier en raison de la grève des avocats contre la réforme des retraites, le procès d’Eric Zemmour, poursuivi pour « injure publique à caractère racial » et « provocation publique à la haine raciale » suite au remarquable discours qu’il a prononcé en septembre dernier à la Convention de la droite, s’est finalement tenu mercredi devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Un procès aux relents staliniens, à l’occasion duquel les associations antiracistes et autres chiens de garde du système ont ouvertement affiché leur volonté de censurer le brillant essayiste.

Un regard lucide sur l’islam et l’immigration

Lire la suite « Discours de Zemmour à la Convention de la droite – Le débat d’idées sous contrôle judiciaire »

Télétravail, fraudes au chômage partiel : les impacts du grand confinement

pexels-photo-1458668-845x475.jpg

Beaucoup d’employés ont pris goût au télétravail car ils évitent ainsi les trajets parfois très longs, ils s’organisent mieux chez eux (s’ils n’ont pas des enfants trop accaparants). Cependant, si le télétravail va désormais prendre une importance qu’il n’avait pas avant le Covid-19, le passage au bureau restera indispensable, au moins un ou deux jours par semaine.

Nombre de managers doivent, désormais, ruser pour attirer leurs collaborateurs au siège de l’entreprise. En effet, si les projets déjà définis et avancés peuvent être développés chez soi, avec des vidéoconférences pour régler les problèmes qui se posent, il n’en est pas de même des nouveaux dossiers, qu’il faut souvent monter à partir du néant. Avoir un interlocuteur devant soi et non derrière une caméra est alors indispensable. Pour arriver à leurs fins, les managers placent une réunion en présentiel obligatoire, collectif ou en tête-à-tête, un jour défini de la semaine, invitent à déjeuner, s’appuient sur leur propre exemple. Heureusement pour les dirigeants, la part du télétravail va s’éroder spontanément, les employés se lassant de rester sans cesse chez eux (le célèbre logiciel Zoom de vidéoconférence provoque déjà des burn out), même si une partie de leur travail restera délocalisée. On peut espérer de cette nouvelle organisation des gains de productivité importants et des économies sur le nombre de bureaux nécessaires pour les entreprises. Cela sera bien utile à l’économie à la dérive de la France. Lire la suite « Télétravail, fraudes au chômage partiel : les impacts du grand confinement »

Municipales à Marseille : soupçons de fraudes aux procurations, perquisitions au commissariat du 15e arrondissement

Le commissariat du 15e arrondissement de Marseille a été perquisitionné samedi matin dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte pour soupçons de fraudes aux procurations. Un élu et plusieurs fonctionnaires seraient impliqués, selon lemediatv.fr qui révèle l’information ce lundi. Lire la suite « Municipales à Marseille : soupçons de fraudes aux procurations, perquisitions au commissariat du 15e arrondissement »

Une vague d’hystérie planétaire

Il n’y a pas un sujet de société qui échappe à l’oeil de lynx d’Alain de Benoist. Le fondateur de la nouvelle droite, après une bonne centaine d’ouvrages à sort actif, porte un regard plus exigeant sur l’évolution de l’occident. Qui peut comprendre mieux que lui ce nouvel antitiracisme qui déferle sur nos consciences ?

Entretien inédit avec Alain de Benoist

Propos recueillis par l’abbé G. de Tanoiiarn

Que nous disent l’affaire Floyd et ses suites sur le déclin de l’empire américain ?

Pas grand-chose que l’on ne savait déjà. À la fin du premier tome de son célèbre essai sur la démocratie en Amérique (p. 301-343 dans l’édition de 1864), Tocqueville s’interrogeait déjà sur les « dangers que la présence de la race noire fait courir aux Blancs » : « Le plus redoutable de tous les maux qui menacent l’avenir des États-Unis, écrivait-il, nait de la présence des Noirs sur leur sol ». Encore, à cette époque, la population de ce pays était-elle très majoritairement d’origine européenne. D’ici quelques années, ce ne sera plus le cas. L’esclavage a été aboli, la ségrégation aussi, mais les Américains n’ont jamais réglé leurs problèmes raciaux. Le plus souvent ils les cachent, avec une hypocrisie toute anglo-saxonne, mais il suffit d’une étincelle comme l’« affaire Floyd » pour les faire réapparaître dans toute leur ampleur. Les choses s’aggravent du fait que les États-Unis sont aujourd’hui sur une pente descendante, et que l’Amérique est plus divisée, fragmentée que jamais. Lire la suite « Une vague d’hystérie planétaire »

Et si De Gaulle n’avait pas existé ?

En ce double anniversaire gaullien (la future « Jeanne d’Arc à moustaches » naquit le 22 novembre 1890 à Lille et s’éteignit le 9 novembre 1970 à Colombey) qui, n’en doutons pas, sera abondamment célébré, il nous paraît opportun de reproduire la percutante démythification publiée par Marcel Signac en juin 2000 dans Rivarol pour le 60e anniversaire du (faux) Appel du 18-Juin. E. de P.

Il fut un temps, sous la IIIe République, où l’école primaire avait pour mission de faire croire au peuple des mensonges utiles – avant le 14 juillet 1789, c’était la tyrannie des prêtres et des rois, etc. – tandis que le lycée, pour une minorité, enseignait l’esprit critique. Aujourd’hui, la tendance est à une école primaire qui n’enseignerait plus rien, et la mission de conditionner les esprits est transférée au lycée pour tous. Lire la suite « Et si De Gaulle n’avait pas existé ? »

Sonia Krimi, Mounir Mahjoubi… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 2]

Sonia-Krimi-Mounir-Mahjoubi-Enrichissement-racial-Assemblee-nationale-partie-2-800x450.jpg.webp

Par Maxime Jacob, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du livre Tir à vue ♦ La France est soumise, depuis plusieurs décennies et malgré l’opposition nette des Français dans chaque sondage sur la question, à une vague d’immigration extra-européenne massive. La composition raciale de la France change donc progressivement. Aujourd’hui, les nouveau-nés extra-européens représentent certainement près de 40 % du total des naissances en France. Ce changement démographique d’une rapidité et d’une ampleur très certainement inégalée dans l’histoire de l’Europe est aujourd’hui visible jusque dans les lieux de pouvoirs.
Dans une série en plusieurs parties, Maxime Jacob revient pour Polémia sur cette modification en analysant cet enrichissement – tant vanté par les immigrationnistes – à l’Assemblée nationale.
Polémia

Rodrigue Kokouendo

Kokuendo.jpg.webpNé à Bangui (République Centrafricaine), il est député de Seine et Marne de la République en Marche. Fils de diplomate, il est vice-président de la commission des affaires étrangères (il assure les liens avec l’Afrique). C’est un député peu actif, il n’a déposé que TROIS amendements, en un an… Homme peu médiatisé et discret, il proposera à la faveur d’un rapport (intitulé : « La république en échec ») sur la Seine-Saint-Denis, l’autorisation des statistiques ethniques pour « lutter contre les discriminations ». Dans ce même rapport, il fait état, sans la nommer, de la réalité du Grand Remplacement dans ce département francilien. Selon les données qu’il fournit, la Seine Saint-Denis concentre la moitié des communes de France ayant les plus forts taux d’étrangers, dans certaines communes, plus de 80% des jeunes ont un ou deux parents immigré(s)… De plus la population de la préfecture Saint-Denis n’est qu’estimée, avec une marge de 30%, à cause des milliers de clandestins qui y vivent. Kokouendo finit donc par demander plus de moyens pour ce département. Il est aussi l’auteur d’un rapport d’information sur l’Aide au développement (subventions versées aux pays sous-développés). Lucide, il s’attarde sur le problème de la croissance démographique africaine, avant de conclure son rapport en demandant encore plus de fonds pour l’Afrique. Lire la suite « Sonia Krimi, Mounir Mahjoubi… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 2] »