Pourquoi je ne suis pas populiste par Éric Letty

Pourquoi je ne suis pas populiste.jpeg

J’aime trop le peuple pour être démocrate et trop la France pour me dire « populiste ». L’appellation est à la mode; mais je ne suis pas prêt à renoncer à celle de « nationaliste », qu’Emmanuel Macron emploie, dans tous ses discours, comme un épouvantail à gogos.

Il a sans doute ses raisons : voici quelques décennies que le « nationalisme » a mauvaise presse. On lui impute les deux dernières guerres mondiales. C’est pourtant un socialiste, Viviani, qui a engagé la France dans la première; et le pangermanisme d’Adolf Hitler devait davantage au racisme qu’au nationalisme.

Pourtant, Saint Jean-Paul II lui-même, qui écrivait, dans son livre Mémoire et identité, que « l’identité culturelle et historique des sociétés est sauvegardée et entretenue par ce qui est inclus dans le concept de nation », redoutait que « la fonction irremplaçable de la nation dégénère en nationalisme », la caractéristique de ce dernier étant, selon ce pape, « de ne reconnaître et de ne rechercher que le bien de sa propre nation, sans tenir compte des droits des autres ». Lire la suite « Pourquoi je ne suis pas populiste par Éric Letty »

Il sera toujours plus confortable d’épingler le distrait qui a oublié son masque que le dealer au sein de son quartier.

Il sera toujours plus confortable d’épingler le distrait qui a oublié son masque que le dealer au sein de son quartier.

Extrait d’une tribune de Christian Vanneste :

“(…) Les policiers pourront donc taxer les « clients » solvables mais seront impuissants devant l’activité des zones où leur présence réclame des opérations d’ampleur considérable. Et il sera toujours plus confortable d’épingler le distrait qui a oublié son masque que le dealer au sein de son quartier.

Lorsqu’on passe des technocrates aux idéologues, c’est le mot lui-même qui effarouche. Qui dit ensauvagement dit sauvage, et qui dit sauvage commence à sentir le soufre du racisme. Les faits ont beau être têtus et aligner des auteurs qui ne s’appellent ni Philippe, ni Mélanie, ni Thomas, ni Axelle, car ce sont les prénoms des victimes, l’antiracisme inquisiteur refuse ce terme sourdement discriminant. Lorsqu’un crime met en lumière une partition ethnique de notre société, parce que justement des ethnies différentes, et non des races, ont des cultures différentes, et donc des comportements différents, un rapport différent à la violence, notamment, la novlangue progressiste édulcore : ce sont des incivilités, commises par des « jeunes », victimes de conditions sociales défavorables. Ce sont les victimes de la colonisation à la fois comme descendants de colonisés et comme « indigènes » colonisés en France même.

Lire la suite « Il sera toujours plus confortable d’épingler le distrait qui a oublié son masque que le dealer au sein de son quartier. »

En attendant le match PSG/Bayern de Munich.

s-l400.jpg

L’avis de Jean-François Touzé

Il fut un temps où l’équipe de football de Paris n’était pas qatarienne.
Un temps où les victoires sportives se fêtaient dans la liesse populaire sans que les commerçants ne redoutent violences, incendies et pillages.
Un temps où le mot « sauvagerie » n’évoquait que le comportement exotique de quelques peuplades lointaines de l’Empire.
Un temps où les Champs Elysées étaient, le jour comme la nuit, là plus belle avenue du monde dans la sécurité, la tranquillité, l’esthétique et la bonne humeur françaises.
Un temps où il n’existait pas de couvre feu de fait pour les braves gens et où les femmes étaient courtisées mais respectées.
Un temps, il est vrai, où la mise en garde de  Hegel – « L’erreur la plus fatale pour un peuple est d’abandonner ses caractères biologiques » – ne se posait même pas.

Frappée et tondue en France en 2020, où sont « les valeurs de la République » ?

violence-against-women-4209778_960_720-845x475.jpg

La réalité impose chaque jour, ou presque, un démenti formel et cinglant aux naïfs et aux impurs qui enseignent au bon peuple de France tous les bienfaits de l’ de masse actuelle, tout en se référant de façon fallacieuse à celle d’époques révolues.

Ainsi une jeune fille musulmane de 17 ans originaire de Bosnie-Herzégovine qui entretenait une relation avec un jeune Serbe chrétien de 20 ans a-t-elle été frappée violemment et tondue, le 17 août dernier, par sa famille, parents, oncle et tante, après avoir ramené son petit ami chez elle, à .
La vice-procureure au parquet de Besançon, Margaret Parietti, a relaté les faits. «La première gifle est partie de la mère, puis il y a eu un déferlement de violence. Elle a été emmenée dans une chambre, violentée. Elle a été tondue, selon ses déclarations, par son oncle, le frère de son père, tout en étant frappée». La magistrate a même précisé que la jeune fille avait auparavant «60 cm de cheveux». Une fois de plus, ces immigrés récents ont donné la preuve que les mœurs de leur pays d’origine ont prévalu sur ces « valeurs de la République » aussi vagues qu’incantatoires.

Lire la suite « Frappée et tondue en France en 2020, où sont « les valeurs de la République » ? »

Suisse : des citoyens promettent « de faire justice » en s’attaquant aux groupes de délinquants maghrébins et à ceux « qui les protègent »

Délinquance à Neuchâtel: des individus promettent de faire justice

[…]

« Nous sommes fiers, organisés et en colère. Nous avons la capacité d’être dangereux pour ceux qui troublent à ce point la paix sociale »

peut-on lire sur les dizaines d’affichettes placardées cette semaine en ville de Neuchâtel.

Les auteurs de la missive ne sont pas encore formellement identifiés, mais la police neuchâteloise a déjà intercepté une vingtaine de personnes qui, ces deux derniers week-end, ont passé à tabac certains délinquants qui ont semé le trouble cet été dans la cité lacustre et qui se promènent assez ouvertement en ville.

Lire la suite sur FdeSouche

Maurras, humaniste et poète ?

maurras-penon-gl.jpg

Nous voici donc dans la seconde série militante de l’été « Le legs d’Action française », voulue par le responsable du blog quotidien de l’Action française, afin de soutenir l’effort de formation du secrétariat général.

Dans cette seconde rubrique, Gérard Leclerc présente Charles Maurras au travers son maitre, l’abbé Penon. Ceux qui souhaiteront approfondir le sujet pourront se rapporter à l’édition savante de la correspondance Penon-Maurras publiée et commentée par Axel Tisserand (Privat SAS, collection Histoire, 2007). Un indispensable de la bibliothèque du nationaliste français.

A l’origine, un homme exceptionnel, humaniste, penseur et poète…

Par Gérard LECLERC

Je vous disais tout à l’heure que j’avais une certaine crainte, car qui trop embrasse… risque d’être complètement débordé par son sujet… C’est pourquoi j’ai choisi un certain nombre de séquences, je ne suis pas sûr d’avoir le temps de les reprendre toutes. Mais, bon…, commençons par les origines. Lire la suite « Maurras, humaniste et poète ? »

Les Français sont des veaux !

aveaute-1024x456.jpg

Les Français sont-ils des veaux contents d’être menés à l’abattoir, celui de leur pays promis à se fondre dans la grande Germanie européenne, et à disparaître sous l’afflux d’une nouvelle population venue d’ailleurs, porteuse d’une conception du monde et de la vie sans rapport avec leur civilisation ? Le bilan de ces dernières années est calamiteux, mais beaucoup de Français n’en paraissent nullement accablés. Après avoir subi pendant cinq ans un président accidentel issu du prurit new-yorkais du favori, économiste génial au point d’avoir participé au suicide national des 35 heures et de s’être retrouvé néanmoins à la tête du FMI, les Français, roulés dans la farine médiatico-judiciaire moulue avec soin par les amis de M. Macron, ont donc élu par défaut un bellâtre beau parleur. Il a beau les mépriser et afficher ce mépris sans retenue, le monopole de la parole et de l’image suscite une sorte de fascination. Les Français s’habituent à lui et à un « couple » présidentiel invraisemblable. Ils finissent par tout accepter sans que l’opposition émiettée paraisse capable de lui opposer un rival du même poids. Lire la suite « Les Français sont des veaux ! »

À la une de Paris Match, les acrobaties du couple présidentiel à Brégançon

bregan__on_paris_match.jpg

Chemise blanche pour lui, veste blanche pour elle. Le couple présidentiel pose pour la couverture de Paris Match. Quelques dossiers posés négligemment sur la table. Le message est envoyé à la France besogneuse. Il bosse même en vacances.

Aux côtés du Président, son épouse a choisi une position périlleuse censée faire « décontracté ». À moitié assise à l’envers sur la table, le tronc néanmoins tourné vers l’objectif, cramponnée au rebord pour ne pas tomber. Roulement de tambour. Coup de cymbale. Et voilà, mesdames, messieurs, une première dame qui défie les lois de la pesanteur pour la bonne image de son mari. En pages intérieures, les coulisses de la cascade. Lire la suite « À la une de Paris Match, les acrobaties du couple présidentiel à Brégançon »