Hervé Ryssen est en prison…

119936416_10221307622674011_1054589635012445566_o.jpg

Hervé Ryssen (Hervé Lalin de son vrai nom) est un écrivain qui, depuis une vingtaine d’années, dans une dizaine d’ouvrages, avec un certain courage et un talent indéniable, dénonce ce qu’il considère être, à ses yeux, les causes de la déchéance de notre pays. C’est son stricte droit et à ce titre il mérite le respect. Mais le respect de ses opposants n’est pas la qualité première du pouvoir mondialiste en place. Et la répression est un moyen facile pour les faire taire.

Ryssen a sans doute sous-estimé cela car il vient d’être incarcéré tel un vulgaire délinquant. Et encore, bien souvent la « justice » aux ordres se montre moins sourcilleuse avec les délinquants qu’avec les opposants… On peut sans doute reprocher à Hervé Ryssen de ne pas avoir été suffisamment prudent face à l’appareil répressif du Système, mais le problème n’est pas là… Lire la suite « Hervé Ryssen est en prison… »

Royaliste n°1194 (14 Septembre 2020)

Un nouveau numéro de “Royaliste” (numéro 1194, daté du 14 septembre) vient de paraître.

SOMMAIRE du numéro

Page 1 – Les ultras verts.
Page 2 – Politique : un plan de relance en trompe-l’œil.
Page 2 – Politique de l’offre vs politique de la demande.
Page 3 – Toi aussi, deviens Royco-friendly !
Page 3 – L’Écho du net.
Page 4 – Convention citoyenne sur le climat : un objet politique sans portée juridique.
Page 4 – La quinzaine sociale.

Lire la suite « Royaliste n°1194 (14 Septembre 2020) »

Cette crise sanitaire est l’occasion de faire de grands choix de rupture

Cette crise sanitaire est l’occasion de faire de grands choix de rupture

Extrait de l’éditorial de Marion Maréchal sur le site de l’ISSEP :

« Entre un monde qui meurt et un monde qui naît il s’insère toujours une période creuse. Elle est en même temps un tombeau et un berceau. Un monde qui meurt y agonise en se débattant, en cherchant à écraser de son poids le monde qui naît, n’a pas encore les yeux ouverts, ne sait pas encore son nom ». Magistrale réflexion que celle de l’historien suisse Gonzague de Reynold qui semble décrire parfaitement notre époque. L’ancien monde se meurt lentement et résiste alors que le nouveau balbutie et peine à émerger. Nous vivons cette époque de transition, ce sas, non pas de décompression mais, au contraire, de compression où s’accumulent toutes les tensions sociales, identitaires, géopolitiques, économiques, jusqu’à l’ébullition.

Lire la suite « Cette crise sanitaire est l’occasion de faire de grands choix de rupture »

Le 4 septembre 1870, une journée dans l’Histoire de France

eugenie.jpg

« Ce que vous me proposez, Messieurs, je ne puis, je ne dois pas y consentir. Croyez-moi, les épreuves que je viens de subir ont été si douloureuses, si horribles, que dans ce moment, la pensée de conserver cette couronne à l’empereur et à mon fils me touche très peu. Mon unique souci, la seule ambition est de remplir dans toute leur étendue, les devoirs qui me sont imposés. Si vous croyez, si le Corps Législatif croit que je suis un obstacle, que l’on prononce la déchéance, je ne me plaindrais pas. Je pourrais quitter mon poste avec honneur, je ne l’aurais pas déserté. Mais je suis convaincu que la seule conduite sensée, patriotique, pour les représentants du pays serait de se serrer autour de moi, de laisser de côté, quant à présent, toutes les questions intérieures et d’unir étroitement nos effort pour repousser l’invasion ».
Lire la suite « Le 4 septembre 1870, une journée dans l’Histoire de France »

Quelques réflexions sur le terme : extrême-droite, par Jean Mon­ne­ret.

Un terme ou une expres­sion peuvent être uti­li­sés dans leur sens usuel, consa­cré par une longue his­toire et réper­to­rié dans les dic­tion­naires. Ils peuvent aus­si être uti­li­sés de façon arti­fi­cieuse, fourbe, spé­cieuse. On est alors en face d’une opé­ra­tion de dés­in­for­ma­tion. Dans ce cas, un mot ou une expres­sion d’apparence claire cachent, en fait, une réa­li­té floue, obs­cure, équi­voque. Ain­si en va-t-il du terme extrême-droite.

Lire la suite « Quelques réflexions sur le terme : extrême-droite, par Jean Mon­ne­ret. »

La fraude sociale des djihadistes, l’Etat laisse faire

Le trou de la Sécu ne fait que croître, non seulement à cause de la masse de « migrants », « réfugiés », vrais clandestins, venant en France bénéficier des prestations sociales françaises mais également par le biais de fraudes savamment orchestrées par des étrangers connaissant le système.

Charles Prats, ex-magistrat de la Délégation de la lutte contre la Fraude, en parle sur LCI face à un journaliste éberlué.

Lire la suite

«Le JT du grenier de l’éco. Ces lois économiques qui ne marchent plus ! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Cette semaine une vidéo consacrée à un sujet fondamental à savoir ces lois économiques que l’on croyait absolues, éternelles et intangibles et qui pourtant ne fonctionnent plus parce que l’économie mondiale est cassée.

Lire la suite « «Le JT du grenier de l’éco. Ces lois économiques qui ne marchent plus ! » L’édito de Charles SANNAT »