Je dis ça, je dis rien

agora.jpg27.300 entreprises industrielles ont disparu et 530 000 salariés entre 2006 et 2015  en France rapportait  l’Insee et la dégringolade se poursuit. «De la fusion ratée entre Alstom et Siemens aux reprises avortées d’Ascoval ou de l’usine Ford Blanquefort , les déconvenues industrielles s’accumulent pour le gouvernement » notait Le Figaro il ya quelques jours,  avant les regrets exprimés hier par  Bruno Le Maire.  Le ministre de l’Economiequi a fustigé le refus par Ford Aquitaine Industries (FAI) d’accepter l’offre de reprise du belge Punch. Les dirigeants du groupe américain ont fait leur compte et ont trouvé financièrement plus intéressant de licencier les 850 salariés du site girondin. Les supercapitalistes internationaux yankees ne font déjà pas de sentiments avec les ouvriers américains (sauf contraints et forcés par les menaces de Trump), ce n’est pas pour en faire avec des Français…

Prisonnier de ses vieilles recettes et de ses vieux dogmes, le gouvernement qui crie aujourd’hui au scandale, à l’indignité de Ford,  savait  parfaitement à quoi s’en tenir, l’affaire était pliée. En décembre dernier déjà, nous rapportions les propos de M. Le Maire qui se disait « trahi » par la décision de Ford, alors qu’il s’était «personnellement engagé pour sauver le site. »  Trahi comme l’ont été aussi tout récemment par Bruno Le Maire les 240 salariés de l’imprimerie Arjowiggins de Jouy-sur-Morin. L’antenne de la CGT de Blanquefort a regretté dans un communiqué que « L’État semble en mal d’imagination ou sans volonté réelle de se confronter à la multinationale Ford ou sans moyen réel. »  Mais la CGT porte sa part de responsabilité dans cette situation,  elle qui n’hésite pas à chaque élection décisive à appeler à  faire barrage aux nationaux pour faire élire les partisans européistes de la mondialisation  inéluctable et obligatoire.

Dans ce contexte de crise économique, affirme Bruno Gollnisch,  il est loisible de s’interroger également sur ce qui pousse ce gouvernement à ne pas faire des économies là où il serait très opportun et facile d’en faire, à savoir sur le coût de l’immigration. Ce sont des dizaines de milliards d’euros qui sont ponctionnés chaque année dans les poches des contribuables français. Une situation bien évidemment parfaitement connue et mesurée  par la caste technocratique au pouvoir. Elle   préfère mettre en avant sa lutte (?) contre l’évasion fiscale, mais  ment ou élude sur le sujet tabou de l’immigration-invasion, tant il semble admis que le grand remplacement est un fait acquis; parce quec’est notre projet comme disait l’autre…

La classe politique minaude, finasse ou détourne le regard sur cette question, ou fait diversion comme Jean-Luc Mélenchon. Dans un tweet publié la semaine dernière, le dirigeant de LFI s’indignait de ce que 54 Français nonagénaires, centenaires (ou leurs ayants droit?) engagés dans des services administratifs ou dans l’armée allemande pendant la seconde guerre mondiale sur le front de l’Est contre le stalinisme,  «toucheraient des indemnités du gouvernement Merkel pour services rendus à l’occupant nazi. Je contacte tous les présidents des groupes parlementaires pour faire interdire cela et exiger la restitution des sommes et leur versement à la Fondation Charles de Gaulle. » Pour autant,  l’Allemagne ne pensionne pas les anciens SS ou les personnes convaincues de crimes de guerre précise Libération qui ajoute que  « depuis 2008, les Länder allemands peuvent choisir de suspendre le versement de ces retraites. Mais très peu y ont mis fin. En 2015 déjà, Angela Merkel avait reconnu que l’Allemagne versait plus de 100 000 euros par an à 41 vétérans espagnols (de la division Azul engagée sur le front de l’Est, NDLR) ayant combattu auprès des Nazis, ainsi qu’à huit veuves et un orphelin. » Dans l’autre sens, Jean-Marie Le Pen s’était lui étonné de la décision symbolique de Jacques Chirac, alors président de la République,  «d’attribuer des décorations françaises aux soldats staliniens » qui se sont battus pendant la guerre d’Espagne (1936-1939) dans les Brigades internationales, dont de nombreuses recrues se sont livrées  elles aussi à des  exactions.

Tout cela pourrait paraître au mieux anecdotique, si nos compatriotes n’avaient pas des préoccupations autrement plus actuelles et pressantes dans leur vie quotidienne.Soumettons alors à M. Mélenchon une autre occasion d’indignation, à commencer, pourquoi pas, par ce que nous évoquions en janvier et que rappelait le magistrat Charles Prat, qui, officia au sein de la délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF). Celui-ci estime à 1,8 million le nombre  de faux numéros de sécurité sociale,  à 80% d’origine algérienne, marocaine, congolaise, et malienne, pour un  préjudice total pour la France de  20 milliards d’euros (de 14 milliards selon la sénatrice centriste Nathalie Goulet). Voilà une escroquerie massive qui impacte directement le peuple des cotisants français.

Un sujet qui aurait mérité un tweet d’un opposant au Système,  défenseur du peuple, d’un républicain respectueux  des institutions et des acquis du Conseil National de la Résistance. Mais apparemment il s’agit de ne pas stigmatiser, de ne pas se  fâcher  avec les électeurs des  banlieues plurielles. Bref   de ne  pas désespérer les quartiers nord de Marseille et la   Seine-Saint-Denis dont certains gamins bien éduqués disent que  «Marine Le Pen elle est méchante parce qu’elle est chrétienne.» Pas de quoi s’affoler, non?

https://gollnisch.com/2019/02/26/je-dis-ca-je-dis-rien/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s